Mon Compte Shop
Mode

“Nous avons tou.s.tes une place”

Véritables icônes pop en devenir, nos cinq cover girls n’en sont pas moins politisées. Aujourd’hui réunies par la photo et par le mot, la forme et le fond, elles perpétuent leur lutte commune contre la transphobie et affichent un girl power réactualisé et déconstruit.

Photographe : Alexandre Haefeli
Styliste : Juan Corrales

Par ordre alphabétique, j’ai nommé Aquila, Ava, Claude-Emmanuelle, Gigi et Zya.

Du Brésil aux Philippines en passant par La Réunion – pour faire court –, nos cinq cover stars, véritables icônes en devenir, sont réunies dans un studio du nord de Paris, après une longue journée de shoot. Toutes mannequins, artistes pour la plupart, elles ont accepté de jouer le jeu, et en plein Pride Month, de nous parler de leur transidentité, de leur réalité et de leur combat contre la domination cisnormative qu’elles subissent au quotidien. Par leur visibilité dans la mode – aussi légitime qu’éminemment politique –, leurs prises de parole, leurs usages des réseaux sociaux, elles dénoncent, déconstruisent, luttent contre une des oppressions les plus virulentes et criminelles de notre société actuelle. Notamment par cette prise de parole déliée, dont elles nous font ici grâce.

De gauche à droite

AQUILA : Top CALVIN KLEIN / Jupe MEÏLOUMI / Boucles d’oreilles TRANSE PARIS / Bottes ABRA

GISELLE : Body et short denim CALVIN KLEIN / Ceinture D’HEYGERE

ZYA : Top et short CALVIN KLEIN / Ceinture ALIZÉE QUITMAN

AVA : Brassière CALVIN KLEIN / Cardigan TRANSE PARIS / Pantalon MARRKNULL / Boucles d’oreilles ALAN CROCETTI

CLAUDE EMANUELLE : T-shirt CALVIN KLEIN / Pantalon ISA BOULDER / Ceinture ALIZÉE QUITMAN

Vous êtes toutes mannequins. Quelles difficultés avez-vous rencontrées parle passé ? 

Claude-Emmanuelle : En tant que femmes trans, il est attendu de nous qu’on corresponde à un seul cliché confortant un prisme cisnormatif…
Giselle : On attend que notre transition soit “visible”, que nous soyons dans un “entre- deux” caricatural.
Zya : Avoir un trop grand cispassing nous est reproché et va jouer en notre défaveur.
Claude-Emmanuelle : Il est fréquent d’entendre un directeur de casting s’exclamer “Hein, elle est trans, elle ? Mais ça se voit pas du tout” sur le ton d’un reproche. Il est important pour la mode de prendre connaissance de la multiplicité des transidentités hors de leur imaginaire cisnormatif, pour y inclure des personnes non binaires, fluides, qui choisissent ou non de prendre des hormones… Nous avons toutes une place.
Giselle : Quand tu es mannequin, chaque shoot est ton bureau pour la journée, ton lieu de travail. Tu essayes d’être la plus professionnelle possible mais la curiosité mal placée et l’énergie négative sont palpables. Nous sommes mégenrées. On refuse de nous appeler par notre nom, on nous appelle par celui de papiers d’identité obsolètes.
Zya : Le sentiment d’irrespect est immense. Nous sommes traitées non pas comme des humains mais de façon binaire, soit déifiées comme une créature fétichisée, soit traitées comme un monstre – dans les deux cas un fantasme, un objet.
Giselle : Et non comme un mannequin, au même titre que les autres modèles du shoot, bien que ce soit notre profession.
Aquila : Nous sommes bookées pour remplir un quota, choisies de façon interchangeable pour notre transidentité et non pour nos singularités. Pourtant, on le voit sur ce shoot, nous sommes toutes très différentes, nous avons toutes notre propre histoire, nous sommes des individus !
Giselle : Ce qu’on apporte sur un shoot, aucune fille cisgenre ne peut l’apporter. Nous avons toutes vécu deux vies… Et aucune ne se ressemble ! 

AQUILA
Top en maille CALVIN KLEIN
Hauts de bikini ISA BOULDER
Boucles d’oreilles et jupe TRANSE PARIS

Cette homogénéisation découle-t-elle de laperception cisnormative de la transidentité ?

Zya : Oui, dans les shoots, on n’encourage qu’un seul discours homogène entre toutes les personnes trans autour de leur transidentité – comme si nous partagions les mêmes traumatismes, les mêmes histoires. On encourage un récit uniquement douloureux et dramatique, alors que cela peut également être un moment merveilleux. Ça l’a été pour moi. 
Aquila : Pour moi aussi, la transition est quelque chose de très beau, difficile certes, mais également incroyable.
Giselle : Il faut laisser de la place pour les histoires positives également, car chaque trajectoire est bien plus complexe que ce que la société nous raconte. 

Ce shoot puisait librement et questionnait activement les girls bands des années 2000. Quels groupes et quelles icônes féminines vous ont inspirées quand vous grandissiez ? Et pourquoi ?

Ava : Pour moi, ça a toujours été Madonna, de son parcours dans les années 90 à aujourd’hui. Je la suis fidèlement pour sa force, sa féminité marginale et puissante.
Giselle : J’étais fan des stars américaines, Britney Spears, Christina Aguilera, Destiny’s Child et bien sûr Beyoncé.
Zya : Pour moi, ces groupes avaient quelque chose d’inspirant. Cette image de filles réunies en bande communiquait une énergie et un empowerment féminin uniques.
Aquila : Même si on a entre-temps pris conscience de leur artificialité, on peut néanmoins garder en tête une idée de partage et de sororité… Pour beaucoup, elles sont tout ce que l’on a !
Claude-Emmanuelle : Moi, j’écoutais du heavy metal, et j’admirais Claude Cahun. Elle était photographe, lesbienne, gender fluid, juive, prenait des autoportraits… Bref,elle était incroyable et c’est d’après elle que je tiens mon prénom !
Aquila : Bon, et sinon, je suis fan de ma mère. Elle arrive toujours à ses fins, ne s’excuse de rien.
Zya : Pour moi aussi, ma mère était une grande influence ! Elle était têtue, sarcastique, puissante.
Giselle : Idem. Elle a toujours su me montrer le chemin.

GISELLE
Veste denim et pantalon CALVIN KLEIN
Top JEAN PAUL GAULTIER
Chaine D’HEYGERE

Et aujourd’hui ?

Claude-Emmanuelle : Je vais saluer mes sœurs trans et le parcours incroyable qu’elles ont vécu : je pense à Indya Moore, Gia Jackson, Janet Mock, Dominique Jackson.
Giselle : Et pour moi Amiyah Scott : cette actrice a fait son coming out de façon publique et assumée bien avant l’ère des réseaux sociaux. Elle est la preuve pour moi que tout est possible. 

Au quotidien, quelles sont les plus grandes sources de transphobie ?

Zya : Ce serait infini à énumérer. Néanmoins, on remarque que la violence vient autant des femmes que des hommes cisgenres. Les deux ne cessent de nous répéter ou d’insinuer que nous ne sommes “pas des vraies femmes”, et qu’ils vont nous balancer.
Claude-Emmanuelle : Si tu sors dans un lieu où personne ne sait que tu es trans, puis qu’une personne l’apprend, tu peux être sûre qu’une heure après, le lieu entier est au courant.
Zya : Si un homme s’intéresse à nous, son entourage vient nous expliquer que “s’il estavec toi, c’est qu’en fait il est gay”. Et si l’on rejette un homme, son agressivité et sa fureur envers notre identité sontsans bornes.
Giselle : Les femmes cisgenres font preuve d’énormément de jalousie. Elles n’ont pas confiance en elles, alors elles cherchent à créer chez nous un sentiment d’illégitimité et d’insécurité par rapport à notre féminité. L’oppression surgit aussi dans les communautés LGBTQIA+, qui gomment, excluent, invisibilisent nos luttes et nos réalités.

De gauche à droite

AQUILA : Top CALVIN KLEIN / Jupe MEÏLOUMI / Bottes ABRA

GISELLE : Body et short denim CALVIN KLEIN / Ceinture D’HEYGERE

ZYA : Top et short CALVIN KLEIN / Ceinture ALIZÉE QUITMAN

AVA : Brassière CALVIN KLEIN / Cardigan TRANSE PARIS / Pantalon MARRKNULL

CLAUDE EMANUELLE : T-shirt CALVIN KLEIN / Pantalon ISA BOULDER / Ceinture ALIZÉE QUITMAN

D’un point de vue intersectionnel, pourriez- vous me parler de la dimension raciste s’ajoutant à la transphobie, subie parles femmes trans racisées,dont vous-mêmes ? 

Giselle : C’est omniprésent.Par exemple, la femme noire trans fait face à de la négrophilie. On attend d’elle des grosses fesses, des gros seins et qu’elle domine l’homme cisgenre.
Aquila : Pour les femmes asiatiques, elles sont censées être mignonnes, passives, de jolis objets. On me reproche souvent que ma voix n’est pas assez “cute”, et que cela dérange ce cliché. 
Zya : Je me fais sans arrêt appréhender plus négativement qu’une pote blanche. Par mes origines nord-africaines, j’éveille à la fois les fétiches de la “beurette” et de la femme trans.
Claude-Emmanuelle : On n’arrive pas à me cataloguer, on me prend tantôt pour une personne asiatique, tantôt hispanique, tantôt nord-africaine. Ça dépend si mes cheveux sont lissés ou non, ou si mon teint est plus ou moins halé. 
Ava : La femme brésilienne, aux yeux du monde, est clinquante, brillante. Mais avant tout, le Brésil est le plus grand consommateur de pornographie trans et possède le plus haut taux mondial de femmes trans assassinées. Alors là-bas, avant tout, j’ai peur. Je sens le danger.
Claude-Emmanuelle : La considération de la dimension raciale est fondamentale dans la lutte contre la transphobie. Les femmes trans noires et latinas sont les premières victimes de meurtre, les plus déshumanisées et invisibilisées. Le privilège de la peau claire est indéniable : les personnalités racisées les plus connues sur les réseaux sociaux ont de façon prédominante un passing blanc. Les luttes LGBTQIA+ sont encore dominées par des acteur.ice.s blanc.he.s mais ne pourront aboutir sans une véritable inclusion et priorité accordées aux personnes racisées et marginalisées. 

ZYA
Brassiere CALVIN KLEIN
Chemise DE PINO
Boucle d’oreilles et ceinture ALIZÉE QUITMAN
Jupe vintage DEPOT SAUVAGE

Nous sommes en plein Pride Month. Quels sont les côtés positifs et négatifs de ce mois ? Que voulez-vous dénoncer, et quel est le moment Pride que vous souhaitez célébrer ? 

Giselle : En ce mois de Pride, j’aimerais rappeler que nous sommes talentueuses et légitimes toute l’année. Pendant ce mois, on doit faire face à des représentations des communautés LGBTQIA+ et notamment trans comme une grande fanfare pailletée et fêtarde. Pourtant, nous ne sommes pas des personnes carnavalesques. Nous vivons dans la même société cisgenre que le restant de la population, foulons les mêmes pavés. Alors j’aimerais en profiter pour rappeler de nous faire travailler toute l’année !
Claude-Emmanuelle : Le queer-washing est partout. Rien ne m’insupporte plus qu’un drapeau sur un t-shirt, qui sera vendu pour un mois seulement, et le mois d’après, tout sera oublié, mis à la poubelle. En revanche, la Pride est un moment où nous pouvons effectuer un devoir de mémoire, se rappeler l’histoire trans de laquelle nous descendons, de ses héroïnes comme Marsha P. Johnson et Sylvia Riveira qui ont lutté lors des émeutes de Stonewall.
Giselle : De plus, ce mois est une courte période où l’on peut respirer, se sentir plus apaisé.e.s, un tout petit peu plus.
Zya : Néanmoins, nous avons besoin de gagner notre vie, ce qui n’est pas chose simple, alors nous acceptons certains projets s’intéressant à la transidentité,à condition bien sûr qu’ils soient exécutés avec respect. 

AVA
Body et jupe denim CALVIN KLEIN
Veste VAILLANT STUDIO
Boucles d’oreilles GERMANIER
Guêtres NICOLAS GUICHARD

J’ose espérer que c’est le cas du shoot NYLON ?

Zya : Je me suis sentie très à l’aise, tout était fait dans le plus grand respect. 
Claude-Emmanuelle : Habituellement, nous nous soutenons et nous envoyons des bonnes ondes par Instagram, mais c’est rare que l’on soit réunies IRL.
Ava : Honnêtement oui, je me suis sentie très à l’aise car chaque aspect avait été pensé véritablement pour nous.
Giselle : Il n’y a eu aucun mégenrage, aucun cliché. L’équipe, le stylisme, nous montraient du respect, une écoute, et une forme de célébration de qui nous sommes.
Aquila : J’étais personnellement ravie d’être entourée de mes sœurs, de les rencontrer en chair et en os et de partager ce moment entre nous ! 
Claude-Emmanuelle : Nous nous connaissons et nous soutenons en nous envoyant des bonnes vibes via les réseaux sociaux, mais nous sommes rarement réuni.e.s. A cause de la distance ou des dangers de l’espace public quand il s’agit de certaines d’entre nous qui sont dépourvues de certains privilèges. 

CLAUDE EMANUELLE
Body et short CALVIN KLEIN
Boucles d’oreilles TÉTIER
Pull LARUICCI
Bottes ABRA

En tant que meuf badass, qu’est-ce que vous aimeriez dire à une jeune personne trans qui aurait la chance de pouvoir lire ce fanzine ?

Aquila : Refuse la réalité, retourne le monde qui t’entoure s’il le faut, mais baby, ne t’excuse jamais d’être en vie ! 
Claude-Emmanuelle : Prend la force que tu vois sur ce fanzine et imprègne- toi en, peu importe ce qu’il arrivera, dire ̋je suis ̋ et pouvoir te regarder avec fierté dans le miroir, c’est la chose la plus importante qui compte ! Quoi qu’il arrive, ne laisse jamais tomber, relève toi si tu tombes ! 
Ava : Comme le dit si bien Madonna : “Beaucoup de personnes ont peur de dire ce qu’elles veulent. C’est pour ça qu’elles n’obtiennent pas ce qu’elles désirent.” Il ne faut pas avoir peur de t’affirmer. Je veux en profiter pour saluer les organisations brésiliennes Projeto Existimos et Casa 1, qui se battent pour les droits et la sécurité des personnes transgenres précaires et sans domicile et que je soutiens.
Zya : Tu représentes par ta vérité ce qu’ils n’oseront jamais être, il est facile de croire que tu ne mérites pas dignité ou respect, surtout dans cette société, mais tu te suffis à toi- même. Marche avec dignité, force et amour, car tu as pris le parti de vivre et raisonner ta vérité, ce que beaucoup envient ou n’ont pas la force de faire… Et tu es l’exemple vivant du respect, de l’amour et de l’humanité ! Alors prends conscience de ton pouvoir la tête haute ! You are enough, and you are a benediction, n’en doute jamais ! 
Giselle : Vis et aime ta vie. Fais le pour toi et personne d’autre… Car si tu ne le fais pas, personne ne le fera pour toi. 

De gauche à droite

GISELLE : Body et short denim CALVIN KLEIN / Ceinture D’HEYGERE / Bottes ABRA

CLAUDE EMANUELLE : T-shirt CALVIN KLEIN / Pantalon ISA BOULDER / Ceinture ALIZÉE QUITMAN / Chaussures ABRA

AQUILA : Top CALVIN KLEIN / Jupe MEÏLOUMI / Boucles d’oreilles TRANSE PARIS .Bague ZELDA PASSINI / Bottes ABRA

ZYA : Top et short CALVIN KLEIN / Ceinture ALIZÉE QUITMAN / Chaussures ABRA

AVA : Brassière CALVIN KLEIN / Cardigan TRANSE PARIS / Pantalon MARRKNULL / Boucles d’oreilles ALAN CROCETTI / Bottes ABRA

Profitez d’une réduction de 10% sur la nouvelle collection et la collection PRIDE dans la boutique parisienne CALVIN KLEIN située au 42 rue des Francs Bourgeois et la boutique de Montpellier du centre commercial Odysseum.

Cette offre n’est pas cumulable avec d’autres promotions en cours, et est valide jusqu’au 19 juillet 2021 sous présentation du Fanzine NYLON n°11 daté du 3 juillet 2021.

Rédactrice en Chef : Elisabeta Tudor
Directeur Artistique : Nicolas Dureau
Photographe : Alexandre Haefeli
Assistante Photographe : Soraya Sanini
Styliste : Juan Corrales
Assistante Styliste : Malena Sanchez
Maquilleur : Ruben Mas
Assistant Maquilleur : Jimmy Guillet
Coiffeur : Paul Duchemin
Assistant Coiffeur : Amaury Auxiette
Manucuriste : Lora De Sousa avec une mise en beauté par Glossier et Byredo
Assistante Manucuriste : Anaïs Cossais
voir l'article
voir l'article
Mode

“Nous avons tou.s.tes une place”

Se Connecter

Mot de pass oublié ?

Nouveau mot de passe

S'Inscrire* Champs obligatoir

FermerFermer