Mon Compte Shop
Lifestyle

Les Nepo Babies : Bashing injustifié ou privilège questionnable ?

Ce n'est pourtant pas si compliqué : reconnais le privilège que t'ont légué tes parents, et passe à autre chose.

Pendant des siècles, il allait de soi que la classe dirigeante était constituée par les liens de sang. La défunte reine Elisabeth est, après tout, notre plus célèbre nepo baby. C’est pareil pour les célébrités : nous acceptons depuis longtemps que nos vedettes préférées sont privilégiées parce que leurs parents sont également célèbres ; c’est le cas de Drew Barrymore et Kate Hudson, des héritières célèbres ou de toute une génération de Coppola.

Les générations passées se fichaient de savoir que le père de Drew Barrymore est John Barrymore (et même que sa famille est composée d’acteurs célèbres depuis les années 1700), ou que Nicolas Cage est un Coppola. Aujourd’hui, on parle ouvertement de ce phénomène, avec un ton souvent réducteur et ce petit label qui a pour but de discréditer la prochaine génération de talents qui se trouvent être des enfants de célébrités.

@veryeffy Le népotisme ou le cas Lily Rose Depp. La fille chérie de deux supers stars internationales ne veut pas qu’on s’adresse à elle comme un nepobaby entraînant la fureur de plusieurs mannequins qui ont ensuite partagé leur expérience sur les réseaux. #veryeffy #nepobaby #lilyrosedepp ♬ Monkeys Spinning Monkeys – Kevin MacLeod & Kevin The Monkey

Aujourd’hui, quand on apprend qu’une actrice ou un acteur a des parents dont les noms de famille sont référencés sur Wikipedia, ce ne sont pas que des moqueries qui déferlent sur les réseaux sociaux, mais carrément du mépris. On se moque du casting de Maude Apatow dans un des premiers rôles d’Euphoria, de la coolitude héritée de Zoë Kravitz qui lui a permis de jouer dans Big Little Lies et Catwoman, et bien sûr de la célébrité de Lily-Rose Depp – car il n’existe pas de monde dans lequel l’enfant de Vanessa Paradis et Johnny Depp ne serait pas célèbre.

Les journalistes, comme souvent, se sont emparés du terme ces derniers temps, et ils ne peuvent pas s’empêcher de demander aux enfants de célébrités ce qu’ils pensent du concept de “nepo baby” (“bébé népo(tisme)”, donc). Alors que le minimum syndical de la décence voudrait que les personnes en position de privilège le reconnaissent gracieusement, certain.e.s nepo babies s’opposent à l’étiquette avec véhémence.

Quand Elle lui a demandé récemment ce qu’elle pensait du terme, Lily-Rose Depp a répondu qu’elle le trouvait réducteur. “Je trouve ça bizarre de réduire la carrière de quelqu’un à l’idée que cette personne est arrivée là juste parce que c’est un truc générationnel”, a-t-elle dit. “Ça n’a tout simplement aucun sens. Si le père ou la mère de quelqu’un est médecin, et que son enfant le devient, on ne va pas dire ‘Tu es médecin uniquement parce que tes parents le sont’. Bah non, en fait, j’ai fait des études de médecine.”

Dans une interview accordée à GQ, Zoë Kravitz a fait écho à ce sentiment : “Il est tout à fait normal pour les enfants de poursuivre une carrière dans le business familial”, dit-elle. “C’est comme ça que beaucoup de famille ont construit leur héritage d’une génération à l’autre.”

Comment leur dire ? Vous y êtes… presque. Bien sûr, il faut faire des études de médecine pour devenir médecin, mais si quelqu’un a un parent médecin, cela explique en grande partie le pourquoi du comment cette personne est devenue médecin. Elle savait qu’elle pouvait devenir médecin et elle disposait des ressources nécessaires pour le faire. C’est la même chose avec le métier d’acteur. Donc, bien sûr, rappeler que les enfants de célébrités ont bénéficié de certains privilèges et d’un accès à l’industrie plus facile que les autres remet en question leur talent. Mais c’est un peu le but du jeu.

Maude Apatow a abordé le sujet avec un peu plus d’humilité, car quand bien même ses parents sont célèbres, elle n’était pas pour autant assise sur les genoux de Scary Spice aux VMA comme Zoë Kravitz, et son père fait des films avec Seth Rogen, ce n’est pas le même level de célébrité que Johnny Depp.

“Au début, je me sentais triste”, a raconté Apatow dans une interview accordée à Net-a-Porter, expliquant qu’elle avait l’impression d’être jugée sur autre chose que son talent. “J’essaie de ne pas trop mal le prendre parce que je comprends évidemment que je suis dans une position ultra privilégiée”, a-t-elle poursuivi. “Beaucoup de gens [dans une position similaire à la mienne] ont fait leurs preuves par le passé, donc pour me faire respecter, il faut que je bosse bien.”

“J’ai joué dans tellement de films de mes parents que les gens diront toujours que c’est du népotisme. Je veux dire, c’est même pas une insulte – enfin si, c’en est une mais c’est comme ça”, a-t-elle expliqué au Los Angeles Times. “Je vais devoir passer toute ma vie à essayer de faire mes preuves et c’est agaçant. C’est vraiment important pour moi de montrer aux autres que je travaille très dur, parce que c’est le cas.”

À Hollywood, on aime romancer les histoires de gloire et de réussite, avec des films comme A Star Is Born et La La Land. On a envie de croire au mensonge du rêve américain parce qu’il est romantique et porteur d’espoir. C’est plus catchy qu’une Maud Apatow qui dépose ses scénarios sur le bureau de son père ou Lily Collins qui obtient une audition pour l’ami d’un ami de son père Phil.

Mais dire que quelqu’un bénéficie de népotisme n’est pas une insulte. Tirer profit de ses relations, c’est comme ça que ça marche dans cette industrie, et dans pratiquement toutes les autres aussi. C’est un fait, et tout le monde devrait le reconnaître et avancer plutôt que de rester sur la défensive, car ça ne fait que creuser le fossé avec le public que ces célébrités cherchent tant à combler.

voir l'article
voir l'article
Lifestyle

Les Nepo Babies : Bashing injustifié ou privilège questionnable ?

Se Connecter

Mot de pass oublié ?

Nouveau mot de passe

S'Inscrire* Champs obligatoir

FermerFermer