Mon Compte Shop
Musique

24kGoldn se donne des ailes

Après Dropped Outta College, un huit titres percutant publié en 2019, l’artiste originaire de la baie de San Francisco vient de révéler El Dorado, un premier album qui « réunit toutes ses influences ». Porté par le tube planétaire « Mood » en featuring avec Iann Dior, le disque est une manifestation de l’incroyable versatilité qui anime la nouvelle scène rap américaine.

Directeur Artistique : Nicolas Dureau
Photographe : Alex McDonell
Styliste : Louis Battistelli et Be Williams
Assistant Styliste : Mars Barnes

Self-made freshman

À bien des égards, 24kGoldn est un artiste emblématique de sa génération. Une génération connectée qui n’a que faire des conventions, tant en musique qu’en société, et qui entend bien se faire entendre. Pour preuve : la détermination avec laquelle le jeune Américain s’est imposé en haut des charts. En 2017, 24kGoldn est encore au lycée lorsqu’il diffuse ses premiers morceaux sur SoundCloud. “La musique a toujours été présente dans ma vie”, se souvient le jeune artiste. “J’ai pris des leçons de batterie, de chant… J’ai même intégré la chorale de mon lycée. Mais je n’aimais pas vraiment la pratique. Il a fallu attendre mes 15 ans pour que je me sente suffisamment confiant pour sortir ma propre musique.”

Une confiance qu’il acquiert à force de visites répétées dans un magasin de sneakers, à quelques pas de la maison familiale. “J’y passais tout mon temps, raconte-t-il. Le patron de la boutique est devenu comme un grand frère, un mentor.” Un jour, Golden entre dans la boutique et lance au patron : “Je veux faire de la musique !” “Pas de problème petit frère, j’ai tout ce qu’il te faut à l’étage”, lui rétorque l’autre. C’est dans ce studio de fortune que 24kGoldn a écrit ses premiers textes et appris à les incarner au micro. Après quelques mois de pratique, il diffuse ses premiers titres en ligne et les envoie à ses camarades de lycée. Entre deux cours, les élèves l’arrêtent : “Pas mal tes sons, mec !” “C’est là que je me suis dit que je pouvais prendre les choses au sérieux.”

Veste AMBUSH

Installé à San Francisco, le rappeur doit surmonter un premier défi : défendre sa musique dans une région où le rap n’est pas le genre le plus populaire. Loin d’Atlanta et de Los Angeles, la baie ne lui offre pas les perspectives dont il rêve. “Pour réussir dans la baie, il faut vraiment quitter la baie”, tranche-t-il. Le lycée derrière lui, Golden se dirige donc vers Los Angeles, où il entame un cursus d’études de commerce à USC. Alors qu’il crèche dans les dortoirs du McCarthy Honors Residential College, le rappeur balance son premier hit, “Valentino”, en janvier 2019, qui culmine aujourd’hui à plus de 100 millions d’écoutes sur Spotify. Un succès qui entraînera celui de son premier EP, Dropped Outta College, dix mois plus tard. Sous le feu des projecteurs, Golden s’installe à la rentrée 2020 à la 10e place du Freshman Class – une liste annuelle d’artistes à suivre réalisée par le magazine de hip-hop américain XXL –, marchant sur les traces de Wiz Khalifa (2010), Danny Brown (2012), Chance the Rapper (2014), XXXTentacion (2017) ou encore Megan Thee Stallion (2019). Au même moment, son single “Mood”, premier extrait de son album El Dorado, entrait à la première place du Billboard Hot 100.

S’il fallait choisir l’une de ses sorties pour démontrer l’incroyable détermination de 24kGoldn, “City of Angels” serait une mention inévitable. “C’était nous contre le monde”, se souvient le rappeur. “Personne n’y croyait, excepté le beatmaker et moi. Mon label ne voulait pas s’en occuper, alors je me suis chargé moi-même de la promotion.” Nous sommes au début de l’année 2020 et 24k est en tournée – la première de sa jeune carrière. Alors que les foules se pressent pour assister à ses premières grosses scènes, l’idée d’un marketing fait maison s’installe dans son esprit : “Je me suis mis en tête de dénicher les plus gros tiktokers de chaque ville dans laquelle on s’arrêtait. J’ai trouvé du temps pour les rencontrer et tourner des vidéos sur ‘City of Angels‘. Quelques semaines plus tard, les plus gros influenceurs de la plateforme partageaient leurs propres versions de nos vidéos, et le titre entrait dans les charts.” Une victoire d’autant plus savoureuse qu’elle s’accompagnait d’un bon vieux “Je vous l’avais dit, non ?”

Veste, pantalon et baskets LANVIN

Un électron libre et fougueux

Questionné sur ses influences, 24kGoldn cite évidemment la nouvelle école du rap US ; celle d’A$AP Rocky, Playboi Carti ou Kodak Black. La partie émergée d’un iceberg, puisque le rappeur affirme apprécier “tous les genres musicaux”. Ses véritables modèles : la pop iconique de Michael Jackson et l’oeuvre révolutionnaire de Kanye West, synthétisée dans son album le plus marquant : My Beautiful Dark Twisted Fantasy. De ses références, 24kGoldn garde un goût affirmé pour l’anticonformisme, et une infatigable volonté d’innover en produisant une musique qui ne ressemble qu’à la sienne : “Je ne m’identifie à rien d’autre que moi-même. Je suis un artiste. Un rappeur parce que je rappe, et un chanteur parce que je chante.”

Et de ses propres étiquettes, 24kGoldn n’a que faire : “En écoutant le même morceau, quelqu’un pourrait l’identifier comme du rap emo, tandis qu’une autre personne pourrait penser que c’est de la pop rock. Moi, je m’en fiche. Tout ce qui m’importe, c’est de savoir si le titre t’a plu ou non. Tout n’est qu’une question de feeling, finalement.” Depuis la sortie de son premier EP, il y a bientôt deux ans, Golden explique avoir eu le temps d’évoluer sur le plan humain et d’envisager la suite de sa carrière avec plus de précision. “Ces derniers mois, j’ai pu vivre de belles expériences et rencontrer les personnes avec qui j’avais vraiment envie de travailler, explique-t-il. Je sens une vraie cohésion qui se répercute en termes de production et dans mes textes.”

T-shirt manches longues SACAI
Doudoune et T-shirt manches courtes MARC JACOBS

S’il est naturel d’accuser une filiation directe entre 24kGoldn et le travail d’artistes comme XXXTentacion, Juice WRLD ou Post Malone, le jeune rappeur emmène ce que certains désignent comme de l’“emo trap” vers de nouveaux sommets. Titillant encore un peu plus la frontière entre rap et chanson, 24k livre une musique à la frontière d’une multitude de genres musicaux qui résonne dans le coeur de son public. Alliant puissance et vulnérabilité, mélancolie et légèreté, il apparaît comme l’artiste emblématique d’une nouvelle génération qui ne veut plus se définir, et pour laquelle contradiction est synonyme de richesse. Pour lui, “il n’y a pas de formule magique pour créer un bon morceau” : “La seule chose qu’il faut garder en tête selon moi, c’est que ton morceau doit trouver un écho dans le coeur du public. Que tu t’adresses à la planète entière ou à un groupe spécifique de personnes, le plus important est de te demander quel impact ta musique peut avoir sur leurs vies.”

Une philosophie que l’artiste semble avoir mise au coeur d’El Dorado, son premier album sorti le 26 mars. “À l’époque où j’étudiais encore, j’expérimentais avec la musique, se souvient-il. Je voulais voir si j’étais capable de faire un morceau trap, du hip-hop, de la pop… Avec El Dorado, j’ai voulu prendre tous ces genres et les fondre les uns dans les autres.”

Veste BODE
Baskets LANVIN

L’écoute de l’album confirme l’arrivée imminente d’un raz-de-marée. Comme un hommage aux références de son auteur, El Dorado tire un trait magistral sur dix années d’évolution des musiques urbaines américaines, actant le début d’une nouvelle ère — et la naissance de son potentiel leader charismatique. D’un morceau à l’autre, 24kGoldn se raconte en ne gardant que le meilleur des plus gros phénomènes rap et R&B de l’Amérique millennial, de Kid Cudi à Lil Nas X, de Wiz Khalifa à Juice WRLD. Surfant sur ces vagues avec virtuosité, 24kGoldn affirme la polyvalence de son univers. Sur “Breath Away”, il se fait charnel et langoureux ; il revendique son insouciance teintée de nihilisme sur “Outta Pocket”, puis se montre vulnérable et mélancolique sur “Empty” (feat. Swae Lee) ou “Yellow Lights”.

Veste CHARLES DE VILMORIN

Si les rythmes frénétiques et la chaleur romantique de “Love or Lust” retiennent l’attention dès les premières minutes, il faut poursuivre l’écoute jusqu’au onzième morceau pour entendre 24kGoldn révéler la part la plus saisissante de son univers. Avec “Don’t Sleep”, une ballade déchirante portée par un arrangement minimaliste, le jeune rappeur rompt radicalement avec la légèreté de ses premiers tubes et pose peut-être le premier chef-d’oeuvre de sa discographie. Intime et expérimental, El Dorado révèle un artiste aux mille visages, animé d’une énergie fédératrice nourrie par une sensibilité profonde et sincère qui ringardise toutes les représentations de la masculinité dans les cultures urbaines.

Veste SAINT LAURENT par Anthony Vaccarello

« ALLÔ 24KGOLDN »

Nos questions de fans à l’iconique Golden.

Quel est ton clip préféré ?

Ça, c’est une question difficile… Mince ! (Il marque un long temps de réflexion.) Je pense que c’est le clip de Michael Jackson, “Black or White”.

Tes marques et créateurs favoris ?

Ces derniers temps, j’aime beaucoup Martine Rose et Saint Laurent… Mais surtout Lanvin ! J’étais le premier rappeur à porter les sneakers Curb de Lanvin, bien avant Travis Scott, Lil Uzi Vert ou Gunna.

Une rencontre avec un.e fan qui t’a marqué ?

Récemment, au resto, un petit gars avance vers moi, approche son téléphone de mon visage et me dit : “Yo, tu peux faire une vidéo ?” “Une vidéo ?” “Oui, pour mon TikTok !” Là, je me dis que c’est comme ça que les ados fonctionnent aujourd’hui, alors j’ai enregistré ma vidéo, lui ai rendu son téléphone et lui ai dit : “Mon album El Dorado sort le 26 mars, n’oublie pas !” Mais il n’en avait rien à faire et était déjà parti… J’ai l’impression que les gens se soucient parfois plus de l’image que de l’art lui-même !

Quels posters étaient accrochés dans ta chambre d’ado ?

Je ne crois pas avoir eu de posters dans ma chambre, mais je me souviens m’être déguisé en Drake pour Halloween, deux années d’affilée ! Drake est clairement l’une de mes plus grandes icônes. Kanye West aussi. Peu importe ce qu’on dit de lui, il a été une immense inspiration pour moi.

Si tu pouvais choisir un superpouvoir, là, tout de suite ?

Le pouvoir de changer de forme. Comme ça, quand je joue au basket-ball avec mes gars, je n’aurais qu’à étirer mes membres et je serais le plus fort.

Veste & Pantalon AMBUSH
Sandales MAISON MARGIELA (Vintage)

Ton plaisir coupable ?

Les mac and cheese, les crèmes glacées, ce genre de trucs… Quand je rentre à la maison après 1 heure du matin, je fouille le congélateur en quête d’une Ben & Jerry’s à éclater.

Qui sont tes celebrity crushes ?

Billie Eilish, évidemment, mais aussi Doja Cat et Alexa Demie qui joue Maddy dans la série Euphoria.

Qu’est-ce qui te séduit le plus chez une fille ?

Pour faire la musique que je fais, et vivre la vie que je veux vivre, il faut faire un tas de sacrifices. Je n’ai pas le temps de faire tout ce que quelqu’un pourrait attendre d’une relation amoureuse : assurer des rendez-vous tous les jours, par exemple. J’ai besoin de quelqu’un qui a ses propres projets, et qui ne va pas attendre toute la journée que je rentre à la maison. Les moments qu’on passerait ensemble seraient alors vraiment positifs : tu as passé une folle journée au travail, moi aussi, maintenant, on peut profiter l’un de l’autre et se détendre ensemble.

En quoi aimerais-tu te réincarner ?

J’aimerais être un dragon ! Tu voles au-dessus des nuages, tu collectionnes les trésors, tu peux faire de la magie… Cracher du feu ! Mais je suis déjà presque un dragon, pas vrai ?

Avec quel artiste, vivant ou mort, aurais-tu aimé collaborer ?

Sûrement Michael Jackson. J’ai appris beaucoup en le regardant travailler. Même s’il devait me faire de l’ombre sur mes propres sons, pas de problème, c’est Michael. C’était un artiste incroyablement talentueux, j’aurais aimé voir de plus près sa manière de travailler. J’aimerais aussi collaborer avec Quincy Jones, il estclairement le meilleur producteur de l’histoire.

Quelle est la première chose que tu feras quand la pandémie sera derrière nous ?

La fête ! Je débarque à Paris et on met le feu au dancefloor ensemble !

Directeur Artistique : Nicolas Dureau
Photographe : Alex McDonell
Styliste : Louis Battistelli et Be Williams
Assistant Styliste : Mars Barnes
Mise en beauté : Victoria McGrath
Vidéaste : Joseph June Desrosiers
Production : Producing Love
Merci à giggster.com et legendlocations.com
voir l'article
voir l'article
Musique

24kGoldn se donne des ailes

Se Connecter

Mot de pass oublié ?

Nouveau mot de passe

S'Inscrire* Champs obligatoir

FermerFermer