Mon Compte Shop
Lifestyle

Simona Tabasco : meet la vraie star de la série White Lotus

Simona Tabasco, favorite des fans de la série The White Lotus, parle de Lucia, de sa collaboration avec Mike White et des rôles dont elle rêve.

Tandis que les client.e.s du White Lotus, en Sicile, se gavent de spritz sans fond, s’humilient les un.e.s les autres lors de déjeuners en terrasse au bord de la mer avec un vague sentiment d’ennui, Lucia, jouée par la nouvelle sensation italienne Simona Tabasco, s’éclate dans les couloirs marbrés de l’hôtel avec sa meilleure amie Mia (Beatrice Grannò). Qu’il s’agisse d’une sieste rapide au bord de la piscine ou de payer des robes à paillettes avec la carte de son riche bienfaiteur et expert en relations extraconjugales Dominic (Michael Imperioli), la joie de Lucia est sans limite – et tout cela au nom du travail. Lucia est une travailleuse du sexe qui espère réunir assez d’argent pour ouvrir un jour son propre magasin de vêtements. Mais contrairement aux clichés médiatiques sur la profession, Lucia n’est pas forcée d’être une TDS, et elle en tire un grand pouvoir. 

“Vous êtes une femme d’affaires, n’est-ce pas ? C’est pour ça qu’ils ont créé les hôtels – pour gagner de l’argent sur les comptes de filles comme nous”, explique Lucia à Valentina (Sabrina Impacciatore), la gérante du White Lotus, pas très enthousiaste quant à leur présence. “Ne sois pas naïve.”

Lucia et Mia sont le moteur de la saison ; leurs scènes ensemble sont si excitantes qu’elles font pâlir le reste de la série en comparaison. Alors que tout le monde semble se noyer dans l’ennui des classes supérieures dans une des plus belles villes du monde, elles sont les seules à ne pas prendre tout cela trop au sérieux. Pour Lucia, le White Lotus est une terre d’opportunités : pour la vie, la joie, le plaisir.

L’énergie de Lucia est ultra contagieuse grâce à la performance frénétique et effortless de Simona Tabasco, qui a confié à NYLON que Lucia a déteint sur elle : elle s’est sentie pleine d’énergie pendant des semaines après avoir joué le rôle. Mais les acteur.rice.s et leurs personnages sont inextricablement lié.e.s. Pour Tabasco, apporter cette énergie et cet état esprit était naturel. Travailler sur un projet comme The White Lotus, aux côtés de sa compatriote Beatrice Grannò, avec qui elle est amie depuis dix ans, était un rêve.

“Je me sens différemment maintenant, parce que c’était une incroyable expérience humaine, et je sens que j’ai juste envie de célébrer cette expérience. The White Lotus a tout changé”, raconte Simona Tabasco depuis Naples. “Est-ce qu’on peut recommencer ? Cinq ou six fois, ou peut-être sept ?”

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Simona Tabasco 🌶 (@simonatabasco)

Tu peux nous raconter un peu comment ta vie a changé depuis The White Lotus ? Le show est devenu énorme et tout le monde parle de ta performance. Comment te sens-tu ?

J’ai l’impression d’avoir changé et grandi en tant qu’actrice, grâce à la liberté que Mike [White], le créateur de la série, nous a donnée pour improviser sur le plateau. Mais aussi grâce au fait de faire partie d’un tel projet, d’une série et une saison qui sont tellement bien écrites, et de travailler avec des gens qui ont une vision très claire de ce qu’iels veulent dire.

Tu étais fan de la première saison de The White Lotus avant d’auditionner. Qu’est-ce qui te plaisait dans cette série ?

Ce que j’aime, c’est la façon dont elle montre la vie, et la vie intérieure surtout, de ces gens riches qui ont leurs propres imperfections, leurs propres défauts et leurs propres failles. C’était génial que la série et Mike veuillent montrer leur côté humain, un aspect qui parle aux téléspectateurs, parce que si parfois les personnages sont idolâtrés, ici, c’est exactement l’inverse. Mike te montre donc ces gens, leur vie et ce qu’iels traversent, et peut-être qu’au final tu finiras par les aimer pour leurs imperfections humaines.

J’ai l’impression d’avoir changé et grandi en tant qu’actrice, grâce à la liberté que Mike [White], le créateur de la série, nous a donnée pour improviser sur le plateau.

As-tu déjà pensé que la série viendrait en Italie ?

Je n’étais pas tellement surprise qu’elle vienne en Italie, mais très heureuse pour deux raisons : d’abord parce que je pense que l’Italie doit être célébrée et que le cinéma, la télévision et l’art sont un excellent moyen de le faire ; et puis bien sûr parce que j’ai pu y participer !

Penses-tu que la fascination pour l’Italie atteint un nouveau sommet en ce moment ? On dirait que tout le monde va là-bas !

Le tourisme a toujours été important en Italie, les gens viennent du monde entier, mais ce que j’ai aimé dans la série, c’est qu’elle te montre ce resort cinq étoiles ultra-luxueux, qui fait partie de la réalité autant que toutes les scènes extérieures qu’on a tournées en Italie. Ce sont deux facettes de l’Italie et j’espère qu’on en verra encore d’autres.

Lucia est un personnage incroyable, tellement amusant, têtu et sûr de lui. C’était comment de l’incarner ?

Dans la vie, je suis une personne très énergique, je ne dors pas beaucoup. Du coup, interpréter l’énergie de Lucia et tout ce qu’elle est, c’était génial car j’ai pu laisser cet aspect de son personnage s’exprimer assez facilement. Quand tu joues, tu vas étudier un personnage et creuser un peu sa personnalité, mais généralement, tu ne pousses pas très loin. Parce que même s’il s’agit d’une fiction, c’est toi qui l’interprètes – il y a donc une part de toi qui entre dans le personnage. Cela dit, on est évidemment différentes : je ne suis pas elle, elle n’est pas moi. Mais après l’avoir jouée, mon niveau d’énergie a augmenté. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je me sens encore plus énergique qu’avant.

Ça me paraît logique ; son énergie et son dynamisme ont l’air très contagieux. Toi et Beatrice Grannò êtes amies depuis des années. Qu’est-ce que ça t’a fait de jouer des amies à ses côtés dans la série ?

Nous nous sommes rencontrées il y a dix ans à l’école d’art dramatique, puis Bea est partie à Londres, et je suis à Rome depuis des années. On nous a demandé d’envoyer nos vidéos d’audition, et je ne savais pas que Beatrice avait été appelée pour le rôle de Mia. Je l’ai appelée pour lui demander de l’aide pour enregistrer ma vidéo, et elle m’a dit qu’elle avait également reçu une demande. Alors on a commencé à travailler sur la mienne et à rêver ensemble, en espérant que ça allait se faire – et finalement ça s’est fait. C’était incroyable parce que notre amitié est réelle, c’est quelque chose qu’on a réellement construit. Et ce n’est pas toujours facile entre collègues. C’est pas toujours évident de construire une relation ou une amitié. Parfois, il peut y avoir de la concurrence, un malentendu, mais avec elle, c’est juste un amour pur et vrai entre deux amies. C’était génial et je pense que ça s’est vu à l’écran.

Clairement. Et avec le reste du cast, c’était comment ? Chez NYLON, on est ultra-fans de Jennifer Coolidge.

Oui, tout le monde est fan de Jennifer Coolidge, mais honnêtement, tous.tes les comédien.ne.s ont été merveilleux.ses. Ce que je ne cesse de dire, c’est à quel point tout le monde était accueillant. Et pour moi en particulier, qui entrais pour la première fois dans ce genre de monde, un monde avec Jennifer Coolidge et Michael Imperioli et tous.tes les autres, c’était peut-être un peu difficile au début parce que je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais une fois qu’on a démarré, tout le monde était trop cool et c’est une expérience dont je me souviendrai toute ma vie.

Chaque fois que je voyais Jennifer sur le plateau, je la trouvais géniale. C’est un être humain incroyable. Le jour de mon anniversaire, j’entre dans ma loge et je vois une grande plante, un vase gigantesque avec une magnifique orchidée, et une lettre posée à côté. C’était d’elle et c’étaient des mots si beaux, j’en avais les larmes aux yeux. C’est tellement un plaisir de recevoir ce type d’attention et de savoir que j’ai son affection et son respect. C’est le genre de chose qui me remplit le cœur de joie.

J’adore ça. Quel genre de rôle voudrais-tu jouer ensuite ?

La première chose à laquelle j’ai pensé quand tu as dit ça, c’est au personnage que Rooney Mara incarne dans la trilogie, Lisbeth Salander [de la saga Millénium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes]. J’adorerais jouer quelque chose comme ça, peut-être au cinéma ou à la télévision, mais j’adorerais qu’on me propose ce genre de personnage. Et je sais que je ne parle pas très bien anglais, mais j’adorerais être la voix d’un film d’animation.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Simona Tabasco 🌶 (@simonatabasco)

Cet article a originellement été publié sur nylon.com.
voir l'article
voir l'article
Lifestyle

Simona Tabasco : meet la vraie star de la série White Lotus

Se Connecter

Mot de pass oublié ?

Nouveau mot de passe

S'Inscrire* Champs obligatoir

FermerFermer